<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=297292340756452&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
Posté par Frédéric GAUDIN le 27 oct. 2017 15:01:33

ambu lego bon format.png

Chute, malaise, perte de contrôle d’un engin : sur le lieu de travail, un accident est vite arrivé. A titre d’exemple, près de 9 000 accidents de travail ont été déclarés à la Caisse générale de sécurité sociale de La Réunion en 2014*. En cas d’urgence, c’est le Code du travail qui fixe les obligations de l’employeur en matière de secourisme au travail.

En bref : ce que prévoit le Code du travail*

  • Un protocole d’urgence, en attendant l’arrivée des secours
  • L’équipement du lieu de travail en matériel de premiers secours adapté et accessible
  • La formation d’un ou plusieurs salariés au secourisme, obligatoire dans certains cas

Un protocole d’urgence, en attendant l’arrivée des secours

Lorsqu’un infirmier n’est pas en permanence présent dans l’entreprise(1), l’employeur est tenu d’organiser un dispositif permettant de prodiguer les soins d’urgence aux salariés accidentés ou malades. Ces mesures sont prises avec l’avis du médecin du travail et en liaison avec les services de secours d'urgence. Elles doivent être adaptées à la nature des risques propres à l’entreprise. Le protocole doit être rédigé et consigné dans un document accessible à tout membre du personnel, et tenu à la disposition de l’inspecteur du travail.  

L’équipement du lieu de travail en matériel de premiers secours adapté et accessible

L’employeur a l’obligation légale d’équiper son entreprise en matériel de premiers secours, mais le Code du travail ne prévoit pas de liste précise.


L’entreprise choisit le contenu des trousses de secours ( antiseptique, compresses stériles, couverture de survie, etc.). Elle peut également s’équiper d’un défibrillateur automatisé externe (DAE). À noter qu’aucune obligation réglementaire ne contraint l’employeur à équiper le lieu de travail d’un défibrillateur, mais sa responsabilité peut être engagée en cas d’accident. Il convient d'évaluer le risque d’accident cardiaque sur le lieu de travail, plus élevé lorsque de nombreux salariés ont plus de 50 ans ou quand le personnel effectue d’importants efforts physiques par exemple. Enfin, des risques spécifiques peuvent être liés à l’activité, en particulier pour les travaux électriques ou ceux exposant à la noyade.


Le kit de secours doit être facilement accessible et indiqué par une signalétique identifiable. Des membres du personnel doivent également être formés à l’utilisation du matériel. L’équipement doit enfin être régulièrement vérifié pour remplacer les produits défectueux ou périmés

La formation d’un ou plusieurs salariés au secourisme, obligatoire dans certains cas

La formation d’un ou de plusieurs salariés au secourisme n’est pas obligatoire pour toutes les entreprises. Ainsi, si l’entreprise ne réalise pas de travaux dangereux, elle n’est pas dans l’obligation de former ses salariés au secourisme, quelle que soit sa taille.


En revanche, la formation d’au moins un salarié “Sauveteur secouriste du travail” (SST) est obligatoire:

  • dans chaque atelier où sont effectués des travaux dangereux
  • dans chaque chantier occupant 20 personnes au moins pendant plus de 15 jours, où sont effectués des travaux dangereux.

Rien n’empêche une entreprise qui n’est pas concernée par cette obligation de former un salarié au secourisme. En revanche, en cas de manquement à l’obligation de formation, l’employeur risque une amende de 9 000 euros.


Le sauveteur secouriste du travail (ou SST) sait à qui et comment donner l’alerte et il maîtrise les gestes de premier secours. Son intervention s’arrête à l’arrivée des secours spécialisés. Il ne peut pas remplacer les infirmiers.


La formation des sauveteurs secouristes du travail est dispensée à partir d'un programme national, et délivrée par un formateur habilité*. D’une durée minimale de 12 heures, elle permet d’obtenir un certificat de sauveteur secouriste du travail, valable 24 mois. Tous les deux ans, le salarié devra effectuer une mise à niveau des compétences SST - soit 7 heures de formation - pour voir son certificat renouvelé.

Il n'est pas toujours simple de s'y retrouver parmi toutes ces obligations et recommandations. En cas de doute ou pour vous assurer que votre démarche est la bonne, n'hésitez pas à télécharger notre checklist "Sécurisez vos employés" ci-dessous. 

New Call-to-action

(1) Pour rappel, la présence d’un infirmier est obligatoire pour les établissements industriels de 200 à 800 salariés et les autres établissements de 500 à 1 000 salariés. Au dessus de ce seuil, la présence d’un infirmier supplémentaire est nécessaire. En dessous de ce seuil, un infirmier peut être présent sur demande du médecin du travail et du comité d’entreprise.

*Références :

Accidents du travail à La Réunion | Code du Travail  | Liste des organismes habilités à former des sauveteurs secouristes du travail.

Topics: sécuriser ses employés, sécurité, obligations de l'employeur

Rédigé par Frédéric GAUDIN

A propos du Blog

Sauvons des vies ensemble

Ce blog a pour objectif d'apporter des éléments de réflexion sur les gestes et techniques pour sauver des vies. Vous y retrouverez nottament : 

  • Des conseils pratiques 
  • Des erreurs à éviter
  • Des informations utiles sur les formations et matériels

S'abonner au blog

Derniers posts